Inde

Des nouvelles d’Annette Rollette fondatrice de l’orphelinat

 A la fin de cette année et au seuil de 2014… je viens avec ma grande famille vous remercier, chers amis, vous qui nous avez soutenus par vos prières, vos dons, vous qui nous avez écrit, visités, avez fait partie de notre vie et  apporté de la joie.

Le Seigneur, comme toujours a été fidèle et merveilleux. Je voudrais partager avec vous 2 petits incidents qui nous ont prouvé cette fidélité ! (comme si c’était besoin de la prouver !!). Non il n’est pas besoin de la prouver, mais parfois le Seigneur a besoin d’ouvrir nos yeux pour ouvrir nos cœurs !

Due à la hausse des prix sur la nourriture, je n’arrivais pas à me décider d’acheter des fruits et me sentais comme un peu coupable envers les enfants et je me dis : l » coûte que coûte, il faut que j’en achète ! ». Juste alors, je tombe malade : rien de grave, en une semaine j’étais complètement rétablie… mais j’ai eu visite sur visite avec une avalanche (c’est le mot juste !) de fruits qui a duré plus d’un mois !

Une autre histoire :

Cette année, dû aux dépenses supplémentaires imprévues que nos a apportées la nouvelle construction, nous avions décidé avec les enfants de ne pas acheter de nouveaux vêtements pour Noël. (C’est le cadeau traditionnel). Je dois dire que j’ai eu beaucoup de joie à voir leur consentement, spécialement parmi les plus jeunes. Quelques jours après, je reçois un gros don d’une famille indienne avec cet ordre de m’acheter à moi personnellement (et surtout à personne d’autre !) un sari pour Noël  et de le montrer au donateur ! Très touchée par l’affection des amis, mais très embarrassée, vous pouvez le comprendre, je dis au Seigneur : que faut-il que je fasse ? Quelques jours plus tard je reçois un autre don.

Voici l’histoire derrière cet autre don :

Une famille a fêté un anniversaire avec un bon briyanni (repas de fête). IL y en a de reste. Le père propose : ‘donnons-le aux enfants de Bethanie’, mais le fils et la belle fille répondent :’ Non, papa, si nous voulions en envoyer à Bethanie, nous aurions dû faire leur part au début et nous, manger le reste !’ . Alors que faire ?  ‘Nous leur ferons un briyanni pour eux seul un autre jour’ , et le père de répondre :’ Non pas un autre jour… faisons leur un don en argent aujourd’hui ! ‘.

Ce n’est pas tout… Une autre famille indienne nous téléphone : ‘ envoyez-nous la taille de vos enfants, nous désirons leur acheter un vêtement pour Noel’.

Ce n’est pas tout… Une famille de France nous téléphone : ‘’ Nous vous envoyons un don qui sera pour le Noël  de vos enfants !!!’’

Cette fois une avalanche de vêtements !

Et je contemple tout cela avec une crainte mêlée de larmes ! Ce n’est pas même une histoire de fruits ou de vêtements… C’est la PRESENCE d’un PERE débordant de Puissance, d’amour de patience et de compassion envers nous, des êtres si mesquins et si durs à comprendre.

Chers amis, que nous faut-il de plus pour commencer cette nouvelle année 2014, pleines d’imprévus mais déjà des ‘tout prévus’.

Faisons le pas !. Posons le pied sur 1 Janvier 2014 avec un cœur rempli de foi et d’amour pour Celui qui règne et qui est …………. NOTRE PERE.

Bien affectueusement

Annette